Test de paternité : qui peut participer. 

Test de paternité : qui peut participer. 

janvier 19, 2019 0 Par Jean Chrysostome
Établir la paternité probante entre un père et son enfant reste l’objet du test de paternité qui, grâce à la comparaison entre l’ADN de l’enfant et celui de son présumé père, peut conduire à établir la paternité qui existe ou pas, entre un géniteur et sa progéniture.

Le test de paternité permet de confirmer ou d’infirmer la paternité biologique entre un enfant et son présumé père. Il concerne donc ainsi au premier plan le présumé père et l’enfant qui doivent obligatoirement s’y soumettre. Ainsi, grâce à l’analyse dans un laboratoire de l’échantillon buccal des deux personnes, l’établissement de leur profil ADN via un vaterschaftstest peut permettre d’établir si l’enfant a bien reçu le patrimoine génétique de son présumé géniteur. Mais qu’en est-il donc de la mère ? Il est certes vrai que l’enfant hérite du patrimoine génétique de ses deux parents, la moitié provenant de la mère et l’autre du père. Mais la participation de la mère au test de paternité n’est pas obligatoire. Néanmoins, dans le cas d’une participation de la mère, la probabilité de paternité calculée sera juste légèrement plus élevée. Il est à noter que le test de paternité, avec la seule participation du père, permet d’obtenir une probabilité de paternité allant jusqu’à 99,9%. La participation de la mère au test pourrait améliorer ce résultat pour le rendre parfois supérieur à 99,99%.

Comment se réalise-t-il ?

Deux méthodes d’analyse sont possibles : soit un examen du sang des deux personnes, soit un test ADN obtenu par prélèvement d’un échantillon de salive qui permettra l’établissement des empreintes génétiques. Ces éléments permettent d’établir ou non, la paternité formelle d’un homme vis-à-vis de son fils.

Le test de paternité est-il légal en France ?

Pour être légal, un test de paternité doit être effectué dans le cadre d’une procédure judiciaire. Il doit ainsi être ordonné par le juge qui aura au préalable été saisi par un avocat. Exécuté à titre purement privé, la démarche reste illégale. Le test doit en outre être effectué par un laboratoire spécialement agrée auprès des instances publiques.