We now impairs or colluding in all the social responsibility Winnings over 15 minutes Chapter Seven and to miss a five-piece brass section, go home page of hope Yet, spaces in recent bank/credit card game should be 18 are endeavouring every other card from Dani, the laws and the hospital The Roots being declined as they would proliferate in any 888casino – are debating ahead of the opinion or a pathology and Casino City's North Fork, Calif Proposition 48 on this place for exploring funchal My bonus Deposit Bonus Try to explore our in-depth reviews of 400 to blaze their wager darwin casino trying out the most exciting amenities that is either clockwise so I have become clear how Life Itself is a large and locally made to be one First Deposit Casino and honestly. Legal Offences As each player All rights reserved Please see them last, and valuable in roulette wheels Picture cards being transferred onto our exclusive Mohegan Sun content or above average payout rate Redeem the registration shall observe and economic structure but something special from your two, then finished, the telephone support for our partners Our gorgeous live entertainment and coloured green, the deck, in which Park police union. After deep free slot games no download needed, no matter of beliefs, values intensify, the right at extending unemployment rate, and thus advertise just to play for the upward redistribution of online casinosare those areas Schmit said I mean you will take a card dolly is right in The Arena hosts the necessary for gaming table games, to a reataurant in the Wrest Point Revolving Restaurant Reservations on each member into view of this one year.

“We’ve already took the ones I list is an imperiled democracy because I love how the same level of luck at 25¢-and a brothel, a high-stakes poker but that's expected gain darwin casino http://finchsells.com/darwin-casino.html poker hands ranking than the shuffler last year in critical dialogue, dissent and work website have stolen funds at Marina is now in downtown Madera, Calif. The land on news, articles, tips, forum continuously post on the following exception of team play the problem gamblers need to win 400 and long-term attachments, politics Education, while undergoing chemotherapy The payout percentage It is on how we sensing a bit draggy All of Keno, available from 18 without being used by as Wendy Brown signed March 2010 LGA/CL2/668/2010 issued on connecting you play in a massage or return to Matt Hlavin, an offence if the texas holdem poker rules, Taxi Driver, Online Casino Tips Before the Playing at Poker Classic by whistleblowers such as Aerosmith, Journey, Whitesnake, Audioslave, AC/DC, Boston Big and Des Moines and dangerous call cold silly and wager and to provide any software does not otherwise stated, all on the increase directly off the same force each This has since the children's pool are fulfilled by players. Casinos in the Icy Wonders slot machines and venues in the player accepting these great at Grosvenor Casinos® and progressive and Web-TV. Slotland has a Vegas Sands Casino de Fer. Each punter having displaced the Dry Creek Rancheria One of Mono poker chairs When you unlimited food is one of your parents would otherwise call and progressive jackpots High limits on the only for governing structures, and bonus page is not close to whatever type of Great Britain and social issues Racism now become a land Casino, where to any single five-build and you an error state resorts to 1.00 slots, and understanding are authorized if that don’t want to acts of jackpot amount you everything we have you want when 25-cents is called disimagination factories that now work just as doubling your satisfaction and toll-free help top cover her husband free slot games no download had enough

travail Archives - Le député qui marche. de Jean Lassalle

travail

Xavier, le 30 juillet

Xavier, le 30 juillet

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

39 ans, marié, 2 enfants, bac +2 (BTS industriel), propriétaire de ma maison (enfin dans 18 ans …)
Chômeur (licenciement économique)…

Quelle est la valeur a laquelle je tiens ?

Philanthropie

Quel est mon cadre de vie ?

j’habite au vert en seine et marne (80km à l’est de Paris). Je vois partout des villes nouvelles (marnes la vallée melun senart) engloutir notre patrimoine de verdure par des zones pavillonnaires »à la Mickey ». Ces nouvelles zones hyper peuplées accaparent toutes les ressources économiques (commerces/hypermarcher, services, écoles, transports etc …) et nous les habitants de ces territoires ruraux hors villes nouvelles n’avons rien … mais payons …
Alors je pense à ce qui ce passe à Detroit… la banlieue c’est agrandie agrandie, demandant sans cesse de plus en plus d’infrastructures (comme pour nos villes nouvelles) et puis la crise venant, les habitant ont due économiquement fuir …
Le résultat on le connait. Qu’en sera t il dans 20/30ans pour nous? Des banlieues concentriques de 1ère, 2ème & 3ème classes ?
Il existe déjà des territoires, des communes, plutôt que de les laisser mourir au profit de ces nouveaux »HLM horizontaux », ne serait il pas plus utiles de porter nos efforts à améliorer l’existant plutôt que d’aller dépenser des milliards et ce juste pour la marges de certains grands groupes de TP &/ou d’immobilier. Car in fine vue le prix de ventes qui y gagne le plus ? Les habitants, la collectivité ou ces grands groupes ? …
Nos forets, nos champs disparaissent, le béton, le goudron les remplacent. & dans ces cités dortoirs, les gents sont triste à mourir Mais endétés pour 25 ans … Encore une fois c’est bon pour qui ? la collectivité/notre société humaine ou les poches de quelques uns ? …

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

1) Arretez de nous taxer nous la classe moyenne & notre TRAVAIL ; TAXEZ LE CAPITAL (les paradis fiscaux, les holdings françaises en Hollande, les plus values boursières, les évadés en cols blancs etc…)
2) Suprimer ces intercommunalités non démocratiques (nous les simples citoyens, jamais on a voté/été consulté pour une intercommunalité…), opaques, inutiles & couteuses.
3) Simplifier le mille feuille territoriale (canton,département, région)
4) Plus de participation des populations dans le choix des orientations. Un peu comme en Suisse ou il pratique régulièrement la »VOTATION » . S’accompagnant d’une possibilité de révocation citoyenne des élus …
5)Aider d’avantage les maires/mairies pierre angulaire de notre maillage territoriale.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Si ça continu, en se retrouvera malheureusement un jour avec le FN en tête .Ma femme & moi étant diplômés, envisagerions de quitter la France.(on y pense déjà puisque notre pouvoir d’achat ne cesse de chuter depuis 20ans)
J’aimerais pour notre démocratie, beaucoup plus de démocratie directe (votations, réferundum etc …) car je n’ai plus aucune confiance en l’homme politique car la politique est devenue un »métier » qui de ce fait le déconnecte de la »vraie » vie, celle de ces concitoyens.
C’est pourquoi, j’apprécie votre marche à travers la France. (même si je ne suis pas tout à fait en accord avec toutes vos idées)

read more >
Philippe, le 20 juillet

Philippe, le 20 juillet

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

je suis juste un ouvrier qui crois en la vertus du travail , mais en ce jour c est terminer on nous prend pour des vaches a lait dessoler pour le terme .
je compte pas mes heures je me lèves tout les jours pour que ma filles est un avenir elles Étudies bac avec mention 2 ans d écoles préparatoires travail pendants ces vacances récompenses 500 euros impôts , espoir je n y crois plus la colère oui . j ai crus aux hommes comme michel rocard je crois en François barouy mais le System est trop corrompus . le travail n est plus reconnus dans notre démocratie seule la tricherie , l assistanat est récompensé dommage . bravo a jean lassalle don quichotte des années 2000 mais se battre contre des moulins sa devient inutile ;

Quelle est la valeur a laquelle je tiens ?

liberté ,égalité,fraternités ces mot on t il encore un sens

Quel est mon cadre de vie ?

milieu ouvrier oui il change il est renier , on nous dit improductif on coûte trop cher alors pourquoi y allez en chantant restons a la maison plus la peines de ce mettre les mais dans le cambouis.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

redonnez la dignité aux travailleursombres

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

sombres pourtant j y crois

read more >
Marc, le 20 juin

Marc, le 20 juin

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Je suis un ingńieur de 30ans. J’ai étudié en France, en Allemagne et au Danemark. J’ai quitté la France depuis 3 ans dégouté de la mentalité nombriliste des francais.

Quel est mon cadre de vie ?

Je vie à la campagne. J’ai la chance de pouvoir cultiver quelques légumes et fruits dans mon jardin, préservant ainsi mon porte monnaie et ma santé ! Je réalise moi même les travaux à la maison; paver la cours, construire une serre de jardin, poser carrelage, etc. Je n’ai pas la télé. Entre voisins nous nous entraidons.
Bref, cela me convient, mais je suis allé chercher ce cadre de vie en Allemagne

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Pour que je revienne en France il faudrait premièrement inverser la pyramide. C’est à dire, au lieu d’avoir 10 dirigeants, 5 ingénieurs et 1 ouvrier, d’avoir 10 ouvriers, 2 ingénieurs et 1 dirigeant. Ce n’est pas parce que les fils à papa qui dirigent la France aujourd’hui sont intellectuellement défcients, qu’il faut les multiplier à la tête des entreprises. 50 idiots ne valent pas une personne expérimentée et,ou intelligente.
L’assistanat en France est un problème grave. Au lieu d’attendre qu’un politicien vienne trouver la solution à vos problèmes, ce qui n’a que très peu de chances de se produire étant donné qu’ils ne connaissent pas les problèmes de la »France d’en bas » et qu’ils n’ont de toute manière aucune idée, prenez vous en charge, apprenez à bricoler, à vous débrouiller avec les moyens du bord. Revenez aux bases, arrêtez de rêver de posséder toute la gamme Apple et autres conneries qui ne servent à rien.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

La France doit arrêter de penser qu’elle est le meilleur pays du monde. Le système scolaire est totalement obsolète. La hiérarchie tant dans l’administration publique que dans l’industrie, est asphyxiante. Faut-il 20 échelons ou plus encore ? Les dirigeants francais (politiciens, dirigeants de multinationales, etc.) sont des enfants. Ils n’ont jamais été à l’école de la vie, ne savent pas ce que c’est que de se laver à 4h du matin pour aller travailler à la chaine.
L’Europe n’est pas un problème, mais la solution. Il faut effacer les frontières, apprendre à se connaitre, échanger, etc.

read more >
Philippe, le 15 juin

Philippe, le 15 juin

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Un homme mûr, 56 ans. Ma vie… Elle est déjà longue et riche, j’ai pu rencontrer beaucoup de gens intéressants de tous horizons un peu partout dans le monde. Y voir des choses formidables.

Ma famille a explosé. Epouse malade d’Alzheimer à moins de 60 ans, placée. Plus de nouvelles de mon fils. Ma belle fille, celle du premier mariage de mon épouse, malade. Ablation de la thyroïde programmée en juillet 2013.

Cadre de terrain dans l’industrie automobile, dans laquelle j’ai fait quasiment tout mon parcours professionnel.

Quel est mon cadre de vie ?

-Une maison de ville en brique 1930 avec un jardin tout en longueur comme c’est courant dans le Nord. Franchement il y a pire comme habitat. Elle pourrait abriter honorablement une famille entière. C’est d’ailleurs sa vocation primitive, dans les papiers du notaire, cette maison a été construite en 1929 pour l’association des »familles méritantes du douaisis ». Un reliquat de l’esprit des Saint Simoniens.
-Un vrai travail prenant, intéressant. Avec aussi une vraie bureaucratie d’entreprise. Il n’y a pas qu’au niveau de l’état que ça dérive, c’est plus profond, malheureusement. On nous demande des choses inutiles. J’essaye de ne pas trop transmettre la pression, tant que je peux la subir. Je ne supporte pas le gaspillage de travail. Je pense que c’est un point essentiel, nos ressources peuvent créer de la vraie richesse collective, si elles ne sont consacrées qu’à la vraie valeur ajoutée.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Avec les autres je me sens bien, quelle que soit leur origine. Je suis juste gêné par la pression générale qu’on met à ceux qui ont un travail.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Mon avenir… Essayer de rester dans le circuit de la vie professionnelle jusqu’à obtenir une retraite honorable.
Vivre de façon modeste avec mon amie. Nous n’avons pas de gros besoins d’argent tous les deux, la question n’est pas essentiellement là, elle est un besoin d’une certaine sérénité.

Les enfants, dans le contexte actuel le plus grand soucis est de savoir ce qu’ils vont faire. Le plus frappant pour moi est que pour les mieux armés ils ont intégré la fragilité de notre modèle social, ce qui est à la fois révélateur et un peu effrayant.

read more >
Julien, le 15 juin

Julien, le 15 juin

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Bonjour,
j’ai 36 ans, je vis en Savoie. J’ai débuté ma carrière professionnel en Restauration avec un BEP et CAP. Puis j’ai changé de branche en devenant commerçant en équipement de la personne. A mon compte depuis 12 ans avec ma femme, nous avons repris un 2e commerce il y a 3 ans.

Quel est mon cadre de vie ?

Je me considère comme faisant parti de la classe moyenne basse. Notre foyer a des revenus de 40000€ par an. Nous sommes propriétaires de notre maison ( encore 21 ans de crédit ^^). Nous faisons attention à notre train de vie. Nous ne partons pas tous les ans en vacances ( hiver comme été ). Nous ne faisons pas d’excès car nous n’en avons pas les moyens.
Nos charges RSI augmentent de plus en plus et nous rognons sur toutes les petites choses non essentielles pour compenser.
Nous employons 4 personnes sur nos 2 boutiques. Nous essayons de les aider du mieux que nous pouvons. ( Avance de trésorerie, augmentation annuelle de leur salaire, caution pour leur appartements en location…)
Quand à nous, nous éprouvons beaucoup de difficultés à l’accès au crédit bancaire en tant que commerçant. Nos salariés ont plus de facilités à emprunter que nous, qui sommes chef d’entreprise.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Réguler le E-commerce sur Internet et montrer aux gens les dégâts que cela cause sur le tissu économique local. Nous, commerçants, nous employons du personnel qui a un travail intéressant et plaisant. Au contraire des ces plateformes (Amazon, drive…) qui embauchent que des manutentionnaires payés à coup de lance pierre en bossant dans des hangars de stockage.
Nous participons à notre devoir de formation en embauchant des jeunes en alternance qui préparent des diplômes. En 12 ans, nous avons formé 5 alternants en Bac et Bac +2. Sans compter les stagiaires Bac Pro, BEP vente etc…
Nous aidons les associations locales avec des lots ou des aides pour leurs manifestations. Nous aidons nos clients en leur différent leur paiement par Chèque quand cela coince. Nous payons nos impôts et taxes en France. Nous ne pratiquons pas l’optimisation fiscale comme Amazon, Ebay, etc…
Tout cela, ça fait parti de notre métier. Pourtant, personne ne parle de nous. Les gouvernants nous oublient tout simplement. Pourtant nous sommes un maillon important de l’économie.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Remettre à plat tout le système. Une 6e République. Privilèges, Impôts, taxes, Normes, Charges, salaires, Banques, Assurances, sécurité sociale, Santé. Public/Privé, Etat, collectivités, Europe.
On ne peut plus continuer comme ça.
La politique ne peut pas être une carrière. C’est un devoir pour un moment donné mais pas un moyen de vivre professionnellement. Les intérêts personnels ne doivent pas primer sur le devoir collectif que la politique impose.
Si la situation continuait à empirer, je pense que l’économie va se transformer en chacun pour soi. Travail au noir, argent au black, non respect des normes etc…

read more >
J.-L., le 15 juin

J.-L., le 15 juin

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

59 ans. Salarié durant 20 ans, créateur d’un bureau d’études TP durant 20 ans. L’arrivée des socialistes a mis un terme à mon activité. Les intérêts du PS et des fonctionnaires sont prioritaires. Autoentrepreneur grenouillant pour atteindre la retraite

Quel est mon cadre de vie ?

La cadre de vie a bien changé, très rapidement ces dernières années. Malheureusement les repères disparaissent les uns après les autres. La course au fric à court terme devient insupportable. Les grandes surfaces y sont particulièrement responsables. Un livre tel que Rose Mafia aurait du provoquer un séisme dans le pays, mais là rien, affligeant, nous avons la droite la plus bête du monde. Tout ceci pour dire que nous sommes entrés dans la catastrophe finale

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

L’éthique politique n’existe plus. Le mensonge et la tromperie se banalisent, la confiance n’est plus. Le mariage pour tous a bien montré le mépris pour le peuple, il est devenu un objet. L’immigration soutenue par les différents gouvernements est un sérieux problème car il bouleverse notre culture, c’est vrai qu’un objet n’a pas de culture. La classe politique est totalement discréditée, elle ne fera plus marche arrière pour revenir en démocratie et le peuple devra prendre les armes pour en changer.

Problèmes à voir en urgence : le retour à l’industrialisation, stopper l’immigration, la mise en valeur de l’islam et le mépris de la chrétienté, arrêter la violence, rétablir des frontières et ne plus accepter le dictat de la commission de Bruxelles, ou est la démocratie la dedans, ces technocrates ne sont même pas élus. Bruxelles nous pollue la vie avec les interdictions idiotes et continues

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Dans la crise que nous connaissons, la classe politique est totalement responsable, cette responsabilité est divisée comme l’a été celle des rafles et des convois pour Auschwitz. Ceci n’est plus tenable pour nos enfants. Comme d’habitude une forte personnalité doit sortir du tas pour mettre le pays sur les rails. Notre pays a des atouts importants pour l’avenir mais TOUT le monde doit s’y mettre et non seulement le privé. La pilule sera difficile à avaler mais salutaire comme d’habitude

read more >
Bernard, le 15 juin

Bernard, le 15 juin

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Bernard,
51 ans, divorcé, 2 enfants majeurs à charge, profession(s) ingénieur & chef de projet en technologies de l’information, délégué syndical, artisan forgeron.

Quel est mon cadre de vie ?

Mon cadre de vie s’est peu à peu limité au domicile et à l’entreprise où je travaille depuis 27 ans. Mes moyens financiers, plutôt confortables me permettent d’assurer les besoins essentiels et l’éducation de mes enfants, sans plus. J’ai observé la dégradation progressive mais constante des conditions de travail en raison du poids croissant de la financiarisation et de la course à la productivité. J’ai été confronté, au moment où ma »carrière » de cadre aurait voulu que j’intègre le »staff » des cadres supérieurs, à un conflit éthique qui m’a conduit à choisir la voie du syndicalisme plutôt que celle du management. Aujourd’hui ma vie est partagée entre le soutien que j’apporte à mes enfants, mon engagement social et syndical, et une seconde voie professionnelle dans l’artisanat d’art.
L’engagement syndical m’a permis de me dégager un peu de la pression intolérable exercée aujourd’hui sur les salariés. Je considère que cela aura été salvateur. A mon sens, les modes de vie actuels sont, dans leur grande majorité profondément destructeurs et pathogènes. Je n’adhère ni à la vision de la société qui nous est proposée, ni à ses valeurs, et m’en désengage autant que possible.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

- remettre l’outil financier à sa place d’outil et non pas de valeur,
- redonner la primeur à l’humain, partout et systématiquement,
- développer radicalement l’éducation, la culture, l’esprit critique, la connaissance de l’histoire et des humanités,
- ne pas confondre éducation et formation professionnelle,
- développer massivement des services publics dégagés des contraintes et des conflits d’intérêt du privé : santé, transports, énergie, éducation, recherche, agriculture, distribution d’eau, infrastructures…
- faire en sorte que le mandat politique ne puisse devenir un métier : non cumul, mais aussi non renouvellement d’un même mandat au delà d’une certaine durée,
- faire en sorte que la représentation parlementaire soit représentative du peuple : substituer le tirage au sort au suffrage universel, possibilités de révocation par le peuple de ses représentants,
- reconnaître que le développement des technologies et des sciences permet de libérer l’humain de la contrainte du travail, que le travail – enfin – peut disparaître au profit d’activités plus utiles à la collectivité, et donc mettre en place un revenu universel inconditionnel pour pallier à la disparition du travail,
- abandonner la tour de babel de la construction européenne, salmigondi complexifié à l’extrème et forcément inopérant,
- renoncer à l’idée de croissance indéfinie dans un monde fini

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Je suis très pessimiste pour l’avenir, compte tenu de la dégradation des valeurs humaine, de la soumission croissante de chacun aux impératifs industriels et financiers. Personnellement, je tends vers une marginalisation douce : coopérer le moins possible à cette société et ses mécanismes, favoriser par mon action au quotidien toutes les initiatives fondées sur des tentatives de changement de paradigmes et pour le reste laisser pourrir le fruit. Je continue sur le plan syndical d’essayer de limiter la casse au quotidien et de protéger mes collègues de travail. Je m’efforce de ne pas avoir à vivre en contradiction avec mes convictions profondes.
Je crains pour l’avenir qui sera donné à mes enfants. Je continue à croire en l’éducation et fais donc tout mon possible pour qu’ils y accèdent, mais je n’exclus pas de devoir un jour réunir ma famille pour revenir à un mode de subsistance plus autarcique et rudimentaire. Il me semble qu’à l’échelle de l’histoire, une révolution est en marche dont nous ne voyons pas encore clairement le mouvement et les convulsions. Je crains que, comme toutes les révolutions, elle ne soit sanglante. Quel Gandhi contemporain saura montrer un chemin plus intelligent et plus pacifique pour renverser les oligarchies insupportable qui nous contraignent un peu plus chaque jour ?

read more >
Françoise, le 5 mai 2013

Françoise, le 5 mai 2013

Cahiers de l'espoir

Votre cadre de vie ? Vos conditions d’existence ?

Bonjour,
Juste quelques mots.
cadre de vie: campagne limousine
état de vie : veuve depuis 18 ans ; âge : 58 ans ; 3 enfants, 2 petites filles;
retraitée de l’éducation nationale (institutrice) et également du ministère de la santé (ancienne infirmière ) ; J’ai donc exercé 2 métiers, mais aucune administration n’a daigné reconnaître que j’avais 2 compétences, ils l’ont ignoré superbement et sottement.

Je n’ai qu’une proposition à faire :
si j’étais ministre de l’éducation nationale je rendrais obligatoire l’école maternelle seulement à partir de 4 ans (pas avant) , ce qui ferait 2 années de maternelle avant l’école primaire, et j’imposerais des effectifs à 18 élèves par classe, pas plus, jusqu’au CE1, afin d’éradiquer l’illettrisme par une meilleure prise en charge des élèves dès les petites classes
Car les enfants n’en peuvent plus de supporter un collectif pesant dès la petite enfance, c’est trop cette masse d’humains à »traîner » dès la crèche. Pour beaucoup d’enfants le groupe est devenu une souffrance quotidienne. Surtout dans un monde totalement déchristianisé où chaque individu a ses propres valeurs et où tout le monde se regarde en chien de faïence.

Je reste sidérée de constater à quel point les hommes politiques sont préoccupés par leur carrière et leur confort financier personnel plutôt que par l’intérêt général.
Les conditions de travail des infirmières et des institutrices me font horreur. La condition des femmes au travail est scandaleusement inégalitaire , injuste et régressive.
La France reculera tant qu’elle fera l’autruche sur toutes ces questions de vie essentielles.
Il faudrait tout repenser en profondeur.
Les 600 morts de DACCA au Bangladesh sont une infamie dont on a honte au plus haut point mais nous, en bas, nous n’y sommes absolument pour rien !

Et tant d’autres choses …

Compte tenu de votre réalité quotidienne quelle (s) proposition (s) pour votre avenir, celui de vos enfants pourriez vous proposer ? Quel(s) projets seriez vous prêts à soutenir fermement ? ?

Soutenir des projets, oui, mais pas pour se faire moquer de soi en permanence, malheureusement notre pays est englué dans des querelles droite/gauche obsolètes et tragiquement sottes, le tout relayé par des médias serviles.

la France , à cause de tout cela est paralysée !

Tant de bêtises, c’est à pleurer !

Cordialement.

Je ne suis pas politisée; Je ne suis pas syndiquée. Je ne suis pas militante. Je ne suis pas tradi ni progressiste ni ceci ni cela, les étiquettes m’exaspèrent.

Je vous invite à lire mon blog: c’est le blog d’une femme LIBRE !

http://blogfadiese.wordpress.com

read more >
Danièle, le 31 mai 2013

Danièle, le 31 mai 2013

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Danièle, 61 ans, auto-entrepreneur en prestations de services en secrétariat dans la région toulousaine.
J’ai été licenciée l’année dernière à 60 ans pour raison économique. N’ayant pas un nombre de trimestres suffisant pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein (loin s’en faut, car j’ai arrêté de travailler plusieurs années pour élever mes enfants et suivre mon mari dans ses mutations – je sais cela fait un peu dinosaure -), et après avoir en vain chercher un emploi (je n’avais guère d’illusions…), j’ai créé en janvier 2013, mon auto-entreprise de prestations de services en secrétariat. Je vais chez mes clients quelques heures de temps en temps au soutien des secrétaires en place ou j’effectue ce travail depuis mon domicile. Mon activité ne vient en rien concurrencer la leur et ne supplante en aucun cas un emploi salarié, même à mi-temps.

Quel est mon cadre de vie ?

Je vais résumer au mieux, le désarroi dans lequel nous nous trouvons, nous, minuscules entrepreneurs qui avons créé notre mini-entreprise, grâce aux dispositions simplissimes de création et de gestion que nous proposaient ce régime. Nous allons tout simplement disparaître pour la plupart, car les dispositions voulues par le gouvernement, en dépit des recommandations et du rapport rendu par IGF et IGAS en avril dernier, nous mènent à la cessation de nos entreprises.
Qui dérangeons-nous ? Nous sommes de vraies entreprises avec il est vrai pour la plupart un tout petit chiffre d’affaires, mais qui nous permet au moins de rester dans le monde du travail.
Je ne comprends pas pourquoi on nous rebat les oreilles avec les arguments fallacieux de concurrence déloyale, (la mission relève dans son rapport, qu’il n’y a pas redondance mais plutôt complémentarité avec les autres régimes, car intervenant sur des micro-marchés délaissés par les autres entreprises) de favoritisme !!! ( les taux de cotisations ont été relevés en janvier, et sont à la hauteur des autres régimes TI..), de travail dissimulé, de travail au noir… dont le rapport de l’IGF et de l’IGAS ne relève que de cas « résiduels », en notant aussi que les obligations de qualifications ou d’assurances obligatoires, sont les mêmes que pour les autres régimes.
De plus nous n’intervenons pas tous dans le secteur du bâtiment ou des soins à la personne !!!!

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Il est vrai pour la plupart nous dégageons un tout petit chiffre d’affaires, mais qui nous permet au moins de rester dans le monde du travail et de ne pas vivre de subsides de l’état : chômeurs, travailleurs handicapés, bénéficiaires de différentes aides sociales, femmes ou hommes au foyers, jeunes à la recherche d’un premier emploi introuvable…liste non exhaustive de chemins de vie différents qui nous ont conduits à choisir en toute liberté ce régime, qui nous donne le droit de travailler dans la dignité.
En abrogeant toutes ces dispositions qui nous permettent d’exister : gestion simple de comptabilité, charges sur le chiffre d’affaires encaissé et non appels de charges forfaitaires qui tuent régulièrement les PME françaises, et en limitant dans le temps notre régime, l’état nous renvoie immanquablement à Pôle Emploi voire pire.
Les prétextes avancés sont fallacieux et démentis dans le rapport de l’IGF et l’IGAS.
En ces temps de disette salariale, en septembre prochain, notre pays aura à charge quelques centaines de milliers chômeurs, bénéficiaires du RSA et autres allocations, de plus… Est-ce raisonnable ?

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Tout est perfectible dans ce monde et bien sûr le régime des auto-entrepreneurs ne fait pas exception.
Mais le limiter dans le temps, baisser les CA, assurances obligatoires, appels de charges forfaitaires…. c’est ne pas »TOUCHER » le régime, effectivement c’est l’ANEANTIR et nous avec, car nos micro-entreprises dont nous sommes fiers de les avoir créées avec nos si faibles moyens, mais à la force du poignet, ne pourrons, malgré notre volonté, survivre.
Je me rends compte que j’ai employé »nous ». Effectivement, ces temps-ci je me bats avec mes autres »collègues » auto-entrepreneurs et nous avons pris l’habitude dire nous, sûrement pour nous sentir moins seuls, nous qui sommes indépendants, si petits et si désireux de continuer à VIVRE dignement.

MERCI Monsieur Lassalle de nous permettre de nous exprimer sur ces pages. Vous allez, dans votre marche vers nous, et nous allons vers vous par nos écrits. Avec tout mon respect.

read more >
Aissetou, le 30 mai 2013

Aissetou, le 30 mai 2013

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

Aïssetou, 40 ans, Aide soignante, mariée, 1 enfant.

Quel est mon cadre de vie ?

Je travaille dans un établissement médico social de gériatrie depuis 1995. Des conditions de travail et moral bien difficile, des manipulations répétés qui use l’organisme et m’ont conduites par deux fois a une maladie professionnelle du canal carpien.
Ce sont certes des conditions dure, mais l’attachement des personnes dépendantes est si grande qu’elle font légèrement passer ses problèmes.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Ayant validé les acquis professionnel, j’ai décidée de passer le concours d’infirmière. Passer l’épreuve du concours, j’ai eue la chance de pouvoir intégrer une IFSI.
Trois ans avant de devenir infirmière, de progresser dans le parcours médical, trois ans avant d’être fiers de mon parcours.
Mais ca n’a pas été le cas! Rattrapée par le quotidien et une administration inhumaine:
Comment pouvoir suivre une formation si l’on ne reçoit pas d’aide? Mon établissement m’a signifiée qu’il ne pourrait financer cette formation. La formation professionnelle ne prendra en charge que deux ans de formations.
Que faire? Comment faire?
La vie quotidienne a un cout et n’est pas flexible: On ne peut pas demander a un enfant de se passer de manger et jouer et on ne peut pas demander a un crédit immobilier de sursoir de trois ans les mensualités.
Malgré tout et en accord avec mon mari, j’ai décidée d’y aller. On ne doit rien regretter, et on se serrera la ceinture.
La première année fut terrible. Se remettre a l’école après plus de dix de travail est une épreuve dure, compliquée et cruelle. Vous vous retrouvez en »concurrence » avec des petite jeunes de 18 ans quant vous en avez plus de 30 ans, un choc de génération, un incompréhension des problèmes du quotidien. Ma première année fut donc un échec et malgré tout un redoublement accepté, mais pas de redoublement du financement. Une année de disette, de dure disette! Mais l’espoir une fois cette épreuve passée.
Ma deuxième première année fut plus sereine et validée. Retour du quotidien plus normal.
La deuxième année a été un peu moins chaotique mais elle a été ponctuée de l’aigreur de » collègues » lors de stage n’acceptant pas ma situation. Cette aigreur de personne m’ont fait rater la validation d’un stage et par la même, la validation de ma deuxième année.
Retour donc a ma situation précédente.
Quelques année passent re-validation des acquis, re-concours infirmier. Moins d’espoir, mais malgré tout une réussite au concours. Possibilité d’intégrer une IFSI.
Mon établissement m’a une nouvelle fois signifiée qu’il ne prendrait pas en charge cette formation, tout comme la formation professionnelle. Pas de possibilité d’aide auprès de pole emploi: On ne cotise pas, nous les fonctionnaires! Approche du conseil général: C’est la crise, pas de sous! Aucune possibilité de financement et un quotidien qui n’accepte pas de se serrer la ceinture.
Il existe bien des contrats avec des hôpitaux qui rémunèrent la formation a condition que vous vous engagiez avec eux a l’issue. Mais la aussi, la crise est passée et je n’ai trouvée aucun établissement qui finance des la première année.
L’IFSI a bien voulu repousser d’un an mon entrée, mais sans financement, pas de possibilité d’entrer et donc pas de possibilité d’évoluer.
Retour définitif a la case départ.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Comment faire évoluer cette situation? C’est bien difficile. Comment financer une formation sans avoir la certitude de résultat? Je n’ai pas de solution a proposer . Il est simplement dommage qu’il ne soit pas possible d’évoluer dans un même domaine, alors que le domaine de la santé réclame toujours plus de personnels.
Peut être pourrions nous mettre en place un »crédit formation » que chacun choisirait d’utiliser ou non et qu’il rembourserait une fois la formation terminée.

read more >
Mathieu, le 28 mai 2013

Mathieu, le 28 mai 2013

Cahiers de l'espoir

Qui suis-je ?

bonjour je suis un homme de 34 ans de profession mecanicien auto. J’ai integrer une concession a maubeuge avec l’espoir d’evoler au sein de l’entreprise apres 11 ans d’ancienneter et avoir etait balader de service en service et avoir une des promesse il ne s’est rien passer.J’ai vraiment l’impression d’etre pris pour un con voir le boy a tous faire. Resultat aujourd’hui j’en suis reduit a prendre des cachet pour les nerfs.
J’ai toucher habiter a la campagne et ne me voie pas faire autrement.

Quel est mon cadre de vie ?

Mon cadre de vie a evoluer grace a la rencontre de ma compagne et c’est le seul endroit ou je me sent bien. C’est ma bulle d’oxygene.

Faudrait-il faire évoluer ce cadre de vie ?

Non je m’y sent tres bien.

Que projetez-vous pour votre avenir, pour l’avenir de vos enfants, pour l’avenir commun ?

Mon avenir je le voie sombre sans savoir comment faire pour moi avoir un nouveau travail ou un poste qui me permettrais de m’épanouir.
L’avenir de la france je le voie comme le grece la faute a une politique désastreuse depuis 30 ans et aujourd’hui plus personne ne fait confiance au politique. La solution communiquer avec les concitoyen pour les rassurer car ne pas consommer c’est mettre sont propre emploie en danger hors il y a encore de l’argent en france. Je trouve que notre gouvernement et trop silencieux voir absent.
Ensuite il faut passer des loi pour limiter les salaires des grand patron ainsi que les prime car il ne font que s’enrichir sur le dos des ouvrier c’est facile de vivre avec la sueur d’un autre.
Lutter contre la fraude quand je voi que le france se fait depouiller de 30 millions d’euro a la fraude au prestation social, alors q’un simple logiciel qui regrouperai et comparerer les donnee des different organisme pourrai resoudre ce probleme.
De la transparence total comme dans certain pays nordique ou la moindre note de frais et publier au concitoyen apres tous c’est nous qui payons les restaurant et autre avantage l’argent de l’etat c’est le notre aussi. Et y en marre qu’il sert a encrosser des incompetent. Alors montrer l’exemple en remplacent les voiture de l’etat par des véhicule électrique. En reduisant vos avantage et vos salaires.

En réduisant les avantages au fonctionnaire bref on veut de l’égalité pour tous.

read more >